Bourse aux plantes du 30 avril 2022

la traditionnelle bourse aux plantes de printemps s’est tenue le samedi 30 avril sur la place devant la salle des fêtes de la commune de St-Laurent. Un chapiteau a été mis à disposition par cette commune.

Nous avons débuté la matinée par un temps relativement froid mais sec.Le temps s’est largement amélioré en cours de matinée.

Il n’y eut que 5 exposants.La récurrence de la faible participation des adhérents nous conduit à nous interroger sur le principe du maintien ou les modalités de cette manifestation.

La fréquentation estimée au total n’a pas dépassé une trentaine de personne.

Le stand café a permis aux premiers arrivants du matin de se réchauffeer

Conférence Toponymie

Le 15 décembre 2021, devant prés de 40 personnes, Michel Tamine, ancien professeur à l’université de Reims Champagne-Ardenne et membre de l’AJA nous a fait partager sa passion pour les mots, leurs origines, leurs constructions et leurs répartitions géographiques.

Cette passion qu’il pratique continuellement, s’est déclinée ce soir sur la toponymie et sur un exemple en particulier: les toponymes désignant le « hêtre ».

Identifiés dans le cadastre »napoléonien » réalisé dans la première moitié du XIX ème siècle et riche de 65000 noms de lieux et lieudits, ces toponymes font apparaître une stratigraphie linguistique constituée de 3 couches, appartenant aux différentes langues pratiquées autrefois dans la région.

une couche gauloise représentée par bagina (sylva), dérivé adjectival de bagos, qui désignait le hêtre en gaulois, et qui aboutit par une évolution phonétique régulière à: Baine, Beyne ou Bène, etc .(selon les graphies retenues au cadastre). Ce toponyme est présent à Aiglemont, Montcy-Saint-Pierre, Nanteuil- sur- Aisne, Vaux- Champagne, mais aussi dans le nom de la commune marnaise de Beine-Nauroy. (37 attestations de Baine ,Beine dans la Marne).

une couche latine, représentée par les descendants de fagus, qui désigne le hêtre en latin et aboutit à Faux, très présent dans les Ardennes(75 attestations) et la Marne (cf. Les faux de Verzy), ainsi que son dérivé fagetum, qui aboutit à Fayis, Fays, Fée (cf.La Marfée), (plus de 100 attestations dans les Ardennes) ( voir carte, annexe 1); d’autres dérivés sont également présents, comme Fayard, Fayenne, Fausey, etc. (voir annexe 2) .

une couche germanique, à partir de l’étymologie *haistr, qui a donné au français le nom « Hêtre », dont on trouve quelques représentants toponymique dialectaux sur la bordure orientale des Ardennes(as,at,èt)ainsi que le diminutif Hatrelle (Fleigneux, Hautes-Rivières…).Mais comme on le voit, le nom d’origine germanique s’est imposé dans le lexique, sans entamer la couche toponymique latine, solidement implantée.

Vient ensuite l’exposé d’une recherche récente, associant la société française d’onomastique (dont Michel Tamine assure la présidence), le laboratoire COGIT de l’IGN et l’INRA (Nancy). A la demande de ce dernier, dans le but d’évaluer l’impact du changement climatique sur l’implantation du hêtre, une recherche toponymique a été conduite sur l’ensemble du territoire français, afin d’évaluer l’implantation du hêtre au XIX ème siècle: les résultats ont été comparés à l’implantation actuelle, ce qui a permis de modéliser, par projection, la situation prévisible en 2100: le résultat est impressionnant, puisqu’il montre que le Hêtre aura disparu dans une grande partie de l’ouest de la France (voir annexe 3).

Sources de l’exposé:

Michel Tamine, « le hêtre dans le toponymre des Ardennes », Nouvelle Revue d’Onomastique n° 54, 2012 [parue en 2013, p 37-74.]

M. Tamine, D. Tarze, S.Mustière, V. Badeau, J.-L.Dupouey, « changement climatique et toponymie – Etude de la répartition ancienne du hêtre à travers ses traces toponymiques », Revue internationale de géomatique, vol.25, n°2/2015, p229-244. Cette recherche a été conduite en collaboration avec l’IGN (Laboratoire COGIT) et l’INRA Nancy Université/UMR écologie et écophysiologie forestière.

Art floral décembre 2021

Le samedi 4 décembre Sylvie GRANDGIRARD organisait deux ateliers d’art floral répartis sur les deux demi-journées. La première de 10h00 à 12h00 et la seconde de 14h00 à 16h00. Au total 17 adhérents ont créé sous les conseils de M. Igor FRINOT fleuriste à Charleville-Mézières.

La nouvelle salle mise à disposition de l’AJA par le lycée agricole des balcons de Meuse à St Laurent a permis, par le choix du samedi et de nouveaux horaires, un nombre d’adhérents plus que correct.

Le thème proposé par Igor consistait en une composition florale de Noël sur et dans un vase de 70 cm de haut.

Le montage floral a été réalisé à base de sarments de vigne pour la structure, agrémentée de boules de Noël, d’ornithogales, de fougères et de fleurs de phalaenopsis, de jacinthes, de renoncules et de roses. Les fleurs étaient toutes de couleur blanche.

Ces ateliers ont recueilli la satisfaction de toutes et tous qui sont repartis avec leur composition.

La Forêt du bois,/ mais aussi….

En 2019, Yannick GRANDGIRARD, vice-président de l’Association des Jardiniers Ardennais nous avait présenté un premier diaporama consacré à la description, la composition, la sylviculture et à l’aspect production de la forêt ardennaise.

Ce second diaporama le 23 novembre 2021 a réuni une trentaine d’adhérents. Dans un premier temps, Y. Grandgirard nous a présenté les différentes autres fonctions de la forêt publique sur l’ensemble du territoire français selon 3 thèmes:

  • La protection de la biodiversité
  • La protection contre les risques naturels
  • Le rôle social

Dans un second temps le diaporama a abordé le sujet d’actualité de l’apport de la forêt dans la maîtrise du gaz carbonique dans l’atmosphère

Et enfin, la présentation des principales pathologies de la forêt ardennaise, au travers d’exemples nous ont fait apercevoir la sensibilité de la forêt, des arbres à un environnement parfois hostile.

Bourse au plantes d’automne 2021

Le 10 octobre 2021, nous avons tenu notre bourse aux plantes. Malheureusement peu de nos adhérents avaient répondu présents, sans doute faute de boutures à proposer. En effet l’été a été rude et beaucoup de jardiniers ont connu des difficultés liées au problèmes climatiques.

Par contre nous avons eu des visiteurs nombreux et parmi eux de nouveaux adhérents.

Comme d’habitude les gaufres étaient bonnes et le café bien chaud.

Atelier Photo

Les participants à l’atelier photo, ont pu à nouveau se réunir le 2 octobre 2021. Outre le plaisir de se revoir, ils ont commencé à préparer les « portraits de Noël » et ont pu « manipuler » les montages photographiques avec Picasa.

Bourse aux plantes d’automne 2020

Le 4 octobre, s’est déroulée la bourse aux plantes d’automne. Malheureusement, la COVID, la pluie et le froid étaient au rendez vous. Malgré l’hébergement sous 2 barnums fournis aimablement par la mairie de Saint Laurent, nous avons rencontré peu de succès.

Nous avons pu cependant nous retrouver avec plaisir après une trop longue interruption de nos activités et échanger nos plantes.

Espérons que les conditions sanitaires et météorologiques nous seront plus favorables au printemps 2021.