Conférence Toponymie

Le 15 décembre 2021, devant prés de 40 personnes, Michel Tamine, ancien professeur à l’université de Reims Champagne-Ardenne et membre de l’AJA nous a fait partager sa passion pour les mots, leurs origines, leurs constructions et leurs répartitions géographiques.

Cette passion qu’il pratique continuellement, s’est déclinée ce soir sur la toponymie et sur un exemple en particulier: les toponymes désignant le « hêtre ».

Identifiés dans le cadastre »napoléonien » réalisé dans la première moitié du XIX ème siècle et riche de 65000 noms de lieux et lieudits, ces toponymes font apparaître une stratigraphie linguistique constituée de 3 couches, appartenant aux différentes langues pratiquées autrefois dans la région.

une couche gauloise représentée par bagina (sylva), dérivé adjectival de bagos, qui désignait le hêtre en gaulois, et qui aboutit par une évolution phonétique régulière à: Baine, Beyne ou Bène, etc .(selon les graphies retenues au cadastre). Ce toponyme est présent à Aiglemont, Montcy-Saint-Pierre, Nanteuil- sur- Aisne, Vaux- Champagne, mais aussi dans le nom de la commune marnaise de Beine-Nauroy. (37 attestations de Baine ,Beine dans la Marne).

une couche latine, représentée par les descendants de fagus, qui désigne le hêtre en latin et aboutit à Faux, très présent dans les Ardennes(75 attestations) et la Marne (cf. Les faux de Verzy), ainsi que son dérivé fagetum, qui aboutit à Fayis, Fays, Fée (cf.La Marfée), (plus de 100 attestations dans les Ardennes) ( voir carte, annexe 1); d’autres dérivés sont également présents, comme Fayard, Fayenne, Fausey, etc. (voir annexe 2) .

une couche germanique, à partir de l’étymologie *haistr, qui a donné au français le nom « Hêtre », dont on trouve quelques représentants toponymique dialectaux sur la bordure orientale des Ardennes(as,at,èt)ainsi que le diminutif Hatrelle (Fleigneux, Hautes-Rivières…).Mais comme on le voit, le nom d’origine germanique s’est imposé dans le lexique, sans entamer la couche toponymique latine, solidement implantée.

Vient ensuite l’exposé d’une recherche récente, associant la société française d’onomastique (dont Michel Tamine assure la présidence), le laboratoire COGIT de l’IGN et l’INRA (Nancy). A la demande de ce dernier, dans le but d’évaluer l’impact du changement climatique sur l’implantation du hêtre, une recherche toponymique a été conduite sur l’ensemble du territoire français, afin d’évaluer l’implantation du hêtre au XIX ème siècle: les résultats ont été comparés à l’implantation actuelle, ce qui a permis de modéliser, par projection, la situation prévisible en 2100: le résultat est impressionnant, puisqu’il montre que le Hêtre aura disparu dans une grande partie de l’ouest de la France (voir annexe 3).

Sources de l’exposé:

Michel Tamine, « le hêtre dans le toponymre des Ardennes », Nouvelle Revue d’Onomastique n° 54, 2012 [parue en 2013, p 37-74.]

M. Tamine, D. Tarze, S.Mustière, V. Badeau, J.-L.Dupouey, « changement climatique et toponymie – Etude de la répartition ancienne du hêtre à travers ses traces toponymiques », Revue internationale de géomatique, vol.25, n°2/2015, p229-244. Cette recherche a été conduite en collaboration avec l’IGN (Laboratoire COGIT) et l’INRA Nancy Université/UMR écologie et écophysiologie forestière.

Art floral décembre 2021

Le samedi 4 décembre Sylvie GRANDGIRARD organisait deux ateliers d’art floral répartis sur les deux demi-journées. La première de 10h00 à 12h00 et la seconde de 14h00 à 16h00. Au total 17 adhérents ont créé sous les conseils de M. Igor FRINOT fleuriste à Charleville-Mézières.

La nouvelle salle mise à disposition de l’AJA par le lycée agricole des balcons de Meuse à St Laurent a permis, par le choix du samedi et de nouveaux horaires, un nombre d’adhérents plus que correct.

Le thème proposé par Igor consistait en une composition florale de Noël sur et dans un vase de 70 cm de haut.

Le montage floral a été réalisé à base de sarments de vigne pour la structure, agrémentée de boules de Noël, d’ornithogales, de fougères et de fleurs de phalaenopsis, de jacinthes, de renoncules et de roses. Les fleurs étaient toutes de couleur blanche.

Ces ateliers ont recueilli la satisfaction de toutes et tous qui sont repartis avec leur composition.

La Forêt du bois,/ mais aussi….

En 2019, Yannick GRANDGIRARD, vice-président de l’Association des Jardiniers Ardennais nous avait présenté un premier diaporama consacré à la description, la composition, la sylviculture et à l’aspect production de la forêt ardennaise.

Ce second diaporama le 23 novembre 2021 a réuni une trentaine d’adhérents. Dans un premier temps, Y. Grandgirard nous a présenté les différentes autres fonctions de la forêt publique sur l’ensemble du territoire français selon 3 thèmes:

  • La protection de la biodiversité
  • La protection contre les risques naturels
  • Le rôle social

Dans un second temps le diaporama a abordé le sujet d’actualité de l’apport de la forêt dans la maîtrise du gaz carbonique dans l’atmosphère

Et enfin, la présentation des principales pathologies de la forêt ardennaise, au travers d’exemples nous ont fait apercevoir la sensibilité de la forêt, des arbres à un environnement parfois hostile.

Conférence sur la Permaculture le jeudi 5 mars 2020

Nous étions 28 personnes pour assister à la conférence de Mme Thunus Caroline sur la permaculture.

Beaucoup d’entre nous avait entendu ce terme de « permaculture » sans en connaître réellement la signification. Peut-être était-ce une nouvelle approche du jardinage? Oui et non, en fait la réponse est beaucoup plus complexe, il s’agit d’une philosophie globale qui consiste à prendre tout être vivant dans sa globalité avec son environnement . En gros c’est un écosystème global où l’homme est fortement présent. Cette approche doit permettre la mise en place d’actions durables basées sur l’observation de la nature.

Alors, pour les jardiniers que nous sommes, cette philosophie nous a paru par certains cotés évidente mais pour une majorité de personnes qui vit en milieu urbain coupée de tout contact avec la terre, cette permaculture est sans doute une découverte.

De nombreux échanges ont eu lieu dans la salle où chacun évoquait une expérience personnelle ou la relation d’un exemple connu.

Les règles de permaculture appliquées au jardin sont:

Utiliser des produits naturels -Composter en réduisant les déchets et en nourrissant le sol – Pailler pour maintenir l’humidité et éviter la multiplication des adventices – Ne pas labourer ou bécher profondément le sol – Associer les végétaux – Conserver les semences pour préserver la diversité – Arroser en récupérant l’eau de pluie.

Chacun pourra approfondir le sujet en se rendant sur le site: »www.poppetsociety.fr ». vous pouvez également vous rendre à son atelier » labosauvage » 49 rue du moulin 08000 Charleville-Mézières

INCIDENCES DES MINÉRAUX SUR LA VIE EN GENERAL

par M. Perpete

Les minéraux sont essentiels à la vie du sol, des végétaux et des animaux

Les minéraux les plus courants sont l’azote ,le phosphore, la potasse, le magnésium, le calcium, etc… pour les deux premiers dont les symboles sont respectivement N, P, K vous les retrouvez fréquemment dans les amendements ternaires proposés dans le commerce avec pour chacun de ces éléments des proportions variables.

Les minéraux dans le sol:

un sol est sensé être en équilibre. si vous constatez qu’il n’en est rien soit par l’observation de la flore présente, soit par la faible présence des lombrics ou suite à l’analyse réalisée dans un organisme spécialisé , il est possible de corriger par les amendements sus -cités mais toujours avec parcimonie. Une trop forte dose d’apport d’un minéral pourrait déséquilibrer le sol.

Notre conférencier opte pour des mesures plus douces et relevant du bon sens. un sol éventuellement déséquilibré peut se corriger par l’apport du compost ou du fumier en l’épandant en fine épaisseur sur le sol à l’automne. Pendant toute la saison « morte » les vers et autres microorganismes du sol vont digérer ces éléments et libérer dans le sol les différents minéraux. Pour parfaire le tout, il suffira au printemps de très légèrement enfouir la litière ..

Les racines des végétaux n’ont plus qu’à profiter des galeries des vers pour accéder aux minéraux dont ils ont besoin . La recherche scientifique a montré qu’un sol en équilibre induisait un maximum d’échange entre les les minéraux et par la même favorisait la croissance des plantes.

Tout ceci n’est pas trés visible, mais à l’ inverse si votre sol est carencé, vous notez rapidement une modification dansla couleur du végétal et souvent la nouvelle couleur indique le minéral qui fait défaut.

Les minéraux chez l’homme:

De fait on retrouve la même logique car les minéraux nous sont apportés par les végétaux que nous consommons ou par les produits d’origine animal qui se nourrissent en bout de chaine de végétaux. Et là aussi les carences se manifestent parfois par une nutrition déséquilibrée, corrigée par les prescriptions médicales.

Atelier Art Floral des 9 et 10 décembre

CENTRE DE TABLE ET COURONNE

Les lundis et mardis 9 et 10 décembre 2019, 17 adhérents se sont retrouvés pour réaliser un centre de table pour Noël.

Chacun a réalisé une composition assez typique des fêtes de fin d’année.Sur la base d’un lit de branches de sapin divers surmonté d’une couronne aérienne, la composition comprenait des roses rouges, un superbe amaryllis, des œillets, des ornithogales blanches et les baies rouges d’un hypéricum.

Tout le monde a pris plaisir à réaliser cette composition. Ces deux ateliers se sont déroulés comme toujours dans une ambiance joyeuse.

Sylvie GRANDGIRARD

Conférence du 15 novembre 2019

LA GESTION DES MILIEUX NATURELS

Nous étions 15 amicalistes pour découvrir la présentation de M. Pierre DETCHEVERRY, responsable pour les départements de la Marne et des Ardennes, du Conservatoire d’Espaces Naturels de Champagne-Ardennes (CENCA);

Dans les précédentes conférences naturalistes, nous avions découvert les habitats naturels , les espèces animales et végétales patrimoniales ainsi que les structures en charge de les protéger ou de les animer ( Parc naturel régional des Ardennes, réserves naturelles etc..)

Cette fois, nous avons abordé la gestion des sites naturels et la première question qui se pose est: « pourquoi est il nécessaire ou souhaitable de gérer des sites naturels? ». On pourrait imaginer que la nature étant un système dynamique, elle évolue en se modifiant en permanence au gré du climat et des accidents météorologiques mais au final en gardant sa diversité . Autrefois ce devait être le cas, mais l’action et la prédation croissantes de l’homme à l’échelle planétaire a rompu ce cycle.

C’est pourquoi le CENCA avec d’autres, identifient des lieux, parfois petits, où l’homme n’ a pas trouvé d’intérêts économiques et où se maintiennent des espèces animales et végétales rares.

Pierre Detcheverry nous présente comment gérer ces espaces naturels si riches. ce sont des actions plus ou moins délicates qui doivent prendre en compte de nombreux paramètres liés à l’écosystème en présence. Parfois l’analyse conduit à ne rien faire car l’écosystème est en équilibre. Dans d’autres lieux, il faut retarder la fauche prairiale pour protéger des nidifications au sol ou rompre la dynamique naturelle tendant au reboisement spontané pour permettre la survie d’une espèce relique et de lui rendre les conditions à un nouveau développement. Chaque site est un cas particulier

A tout cela, il convient d’ajouter une forte action d’information auprès du public et de la jeunesse en particulier pour espérer influer sur les comportements

CONSERVATOIRE D’ESPACES NATURELS DE CHAMPAGNE ARDENNE 9 rue Gustave EIffel 10430 Rosières-près-Troyes Tel: 03 25 80 50 50 @:secretariat@cen-champagne-ardenne.org

SORTIE PARIS/MONTMARTRE DU 5 MAI 2019

Sous la conduite de Patrice Stanowski, président de l’AJA nous avons découvert le quartier de Montmartre sous un temps alternant passages nuageux et très belles éclaircies. Le cheminement préparé par Patrice a permis à chacun d’effectuer en relative douceur la montée de ce mont culminant à 128 mètres.

Nous avons pu découvrir notamment le style particulier de l’église Saint Jean de Montmartre, le clos viticole de Montmartre, l’église ancienne de Saint Pierre de Montmartre, les perspectives sur Paris et la butte , le Sacré Cœur et le musée de Montmartre.

Yannick Grandgirard

Bourse aux plantes du 28 avril 2019

Notre traditionnelle bourse aux plantes de printemps s’est tenue le dimanche28 avril sur la place Robin Des Loups à Ville sur Lumes. Cette manifestation était organisée par l’Association du Parcours Santé des Sarteaux de cette même commune.

De printemps, il n’y en eu pas? et c’est sous un temps automnal, mais à l’abri, que les adhérents, dans un premier temps, puis l’ensemble des visiteurs ont pu échanger des plantes, des graines horticoles et parfois potagères.

Autant dire que le stand gaufres et café tenu par Krystyna, Lili et Michèle a rencontré un très vif succès.

Malgré ces conditions atmosphériques difficiles, 10 exposants de notre amicale ont proposé des étals fournis et au plus fort près de 50 personnes se serraient sous les barnums à la recherche de LA PLANTE ….

Il nous reste à souhaiter que la prochaine bourse aux plantes de cet automne à Saint Laurent se déroule sous un temps… printanier. Cette prochaine manifestation sera couplée avec une expo de notre atelier photo à la salle des fêtes contiguë.

Yannick GRANDGIRARD

Atelier floral mars 2019

IMAGINE

les lundi 25 et 26 mars 2019, 17 adhérents se sont inscrits pour réaliser une composition florale. D’après une liste de fleurs donnée 15 jours à l’avance par Igor notre fleuriste, nous devions imaginer notre propre composition et faire un petit dessin du projet.

Petit croquis en main(certains étaient de vrais dessins d’art) on se lançait…. Quelques temps plus tard, les résultats étaient magnifiques et assez différents les uns des autres. Ce fut une expérience très enrichissante.

Avec Igor, nous avons décider de reproposer à l’avenir ce genre de travail. tous nos participants étaient enchantés.

Ces deux ateliers se sont déroulés comme toujours dans la bonne humeur et terminés par une collation gourmande.

Sylvie Grandgirard